Nekrashka, Nouvelles, Nouvelles érotiques

Cyn

 CW : sexe

Ses mains glissent sur son torse. Assise dans son dos, elle embrasse délicatement sa nuque. Ses lèvres semblent être des pétales se posant doucement sur sa peau hâlée.

Iels sont au milieu de nulle part. Une étendue désertique, inhabitée par les humains et les autres races établies en société, seulement peuplée de petits animaux. Un désert de verdure sans personne pour venir à leur rencontre, les déranger, ou les menacer. Une pause dans leur périple effréné, une respiration apaisée hors de ce quotidien tumultueux.

Maë et Cyn ont décidé de prendre quelques jours de relâche entre deux missions. Aucun·e des deux ne savait où iel devrait partir ensuite, quelle destination serait la sienne. Alors il est temps de se reposer, de savourer la tranquille présence de l’autre.

Maë passe sa main dans les cheveux bouclés de Cyn, pendant qu’iel ferme les yeux.

Prendre soin l’un·e de l’autre. S’apporter la chaleur et la douceur nécessaire pour avoir envie de survivre.
C’est cela s’aimer non?

Cyn se laisse tomber sur Maë, complètement détendu·e entre ses bras. Les paupières closes, iel laisse son esprit se vider de tous les tourments, et se laisse envahir par la plénitude, et le bonheur intense de sentir les mains de celle qu’iel aime sur son corps.

Les bruits de la nature sont apaisants.

Elle sent la peau marquée de son aimé·e glisser sous ses mains, les cicatrices, les empreintes du soleil et du temps. Toute une vie qui défile sous ses doigts. Elle caresse son visage, du bout de ses doigts, puis sa barbe, effleure ses tempes, embrasse le haut de sa tête.

Iels ont pris le temps de s’apprêter ce matin, il faut savoir profiter de l’avoir, ce temps. Et Cyn et resplendissant·e. Un trait noir part de l’intérieur de sa paupière, puis s’effile vers ses tempes, pendant que le soleil fait briller le fard pailleté. Iel est magnifique.
Maë sert Cyn dans ses bras, posant sa joue contre la sienne. Iel entrouvre les yeux et sourit, avant d’embrasser les bras de Maë, et de se retourner, se dégageant de l’étreinte, pour atteindre ses lèvres.

Elle sourit quand iel pose ses lèvres sur les siennes. Cyn plonge son regard, ses grands yeux noirs, dans celui de Maë, et puis l’allonge dans l’herbe et l’embrasse dans le cou. De petits baisers, doux, qui papillonnent. Elle lui caresse le dos, sent ses muscles réagir sous ses mains. Elle promène ses mains le long de son corps, jusqu’à ses hanches, et les remonte jusqu’à ses épaules. Elle connaît le chemin par coeur mais a l’impression de le découvrir de nouveau à chaque fois qu’elle l’emprunte.

Les baisers de Cyn se font plus appuyés, et sa langue se faufile dans le cou de Maë. Iel attrape délicatement sa chair entre ses dents, et mordille, son corps tout contre elle, dont l’état passe de la douce paresse angélique, à la torride envie de sauter dans le vide brûlant avec l’autre. Son souffle se saccade, elle sent en elle une boule de feu, aux flammes sucrées, qui fleurit et se propage à chaque extrémité de son corps, embrasant chaque centimètre. Elle se cambre sous les baisers de son aimé·e. Cyn caresse ses cuisses et ses fesses, sentant grandir en ellui, et entre ses jambes, un désir ardent pour elle.

Maë continue de passer et repasser ses mains dans le dos de Cyn, la douceur de ses doigts laissant petit à petit place aux légères griffures de ses ongles. Elle sent ses muscles qui se tendent, son envie qui naît et grandit. La chair de poule qui perle sa peau à chaque approche.
Maë remonte ses mains pour attraper la nuque de Cyn, et tourne sa tête pour l’embrasser. Elle embrasse sa joue, sa bouche puis læ renverse sur le sol, en faisant danser sa langue avec la sienne. Elle joue ensuite de cette dernière dans son cou, puis sur sa poitrine, dont elle lèche avec envie les tétons. Elle embrasse ensuite son ventre, ses hanches, l’intérieur de ses cuisses. Ses mains se promènent sur la peau chaude de son amant·e, grisé·e. Du bas de ses cuisses, elle remonte, doucement, posant ses lèvres, mordant la peau. Le souffle de Cyn se fait plus court, plus lourd, au fur et à mesure qu’elle remonte. Sa langue caresse sa peau, remonte. Ses ongles frôlent ses cuisses.

Sa bouche se pose sur la verge brûlante. Cyn pousse un gémissement alors qu’elle fait remonter sa langue du bas de la verge, jusqu’au gland, avant de tout prendre dans sa bouche. Sa main gauche caresse les testicules pendant que Cyn sert la droite dans la sienne. Maë commence à faire des va-et-vients alors que sa langue se promène toujours le long du pénis, accompagnée des gémissement de son amant·e. Elle læ sent se cambrer, sent ses hanches qui bougent au rythme des vagues de plaisir.
Le soleil réchauffe de sa douce lumière leurs corps ardents. Cyn attrape doucement le visage de Maë et passe sa main dans ses cheveux rouges. Iel lui fait signe d’arrêter, car l’excitation est trop forte et iel compte bien en profiter encore. Maë relève la tête en souriant, essuie ses lèvres humides d’un revers de la main, et remonte pour embrasser Cyn.
Leurs corps se frôlent. La beauté de l’instant leur échappe tant celle de leur amour les subjugue.
Elle sent le pénis de Cyn contre ses seins, son ventre. Elle a envie de l’avoir en elle. Elle est terrassée par le désir. Cyn saisit sa poitrine et commence à jouer avec son sein, pendant que son autre main part chercher l’entrejambe de la jeune femme. Iel sent sous ses doigts l’humidité excitée et la caresse de ses doigts, les râles de plaisir de sa bien aimée chantent à ses oreilles.
Maë agrippe le bras de Cyn, tout en l’attirant contre elle.
« Ne t’arrête pas » gémit-elle.
Cyn entre un premier doigt dans le sexe de la jeune femme, qui pousse un long gémissement.
Iel joue de son excitation, accélérant et ralentissant le mouvement pour la sentir se contracter tout contre ellui. Elle lui caresse la poitrine en gémissant, iel continue ses va-et-vients en elle, ajoutant un autre, puis encore un autre doigt. Tout en continuant de la masturber, iel l’installe sur le dos, l’embrasse dans le cou, lui mordille le lobe de l’oreille et approche son propre sexe de l’entrée de son vagin. Iel passe son autre main dans sa chevelure en lui murmurant des mots d’amour à l’oreille. Ses doigts vont et viennent, et puis iel les retire délicatement, pour glisser sa verge en elle.
Son souffle se saccade, s’arrête presque tant elle est excitée.
Cyn s’arrête, relève son torse, et regarde Maë, le regard brillant. Puis iel commence de doux mouvements avec ses hanches, lentement, la regardant se cambrer, se tordre de plaisir.
Iel l’écoute gémir.
Chuchoter à elle-même et au ciel que c’est bien trop bon.
Cyn continue, accélère le mouvement. Bascule légèrement plus bas ses hanches.
« Ne t’arrête surtout pas » souffle-t-elle.
Iel sourit et augmente la cadence de ses gestes, sentant qu’elle est sur le point de jouir. Maë a le souffle court, elle peine à respirer, ses muscles se contractent de manière incessante. Elle a l’impression qu’elle va exploser. L’entrejambe de Cyn frotte contre son clitoris.
Haletante, une cascade de feu commence à se déverser dans le bas de son ventre. Elle agrippe la nuque de Cyn et l’approche tout contre elle. Iel mord son cou, l’embrasse avidement. Leurs langues s’entremêlent, et puis Maë rejette sa tête en arrière et commence à crier de plaisir, Cyn sent les muscles se contracter autour de sa verge, iel continue la cadence, avant de ralentir, au rythme de l’orgasme de sa partenaire.
Maë est étendue sur le sol, incapable de bouger pendant quelques longs instants. Iel lui embrasse la poitrine, caresse ses seins et son ventre.

Elle se relève doucement, s’assoit dans l’herbe, et prend le pénis de Cyn entre ses mains. Elle joue de son pouce sur le gland de son amant·e et commence à masturber la verge, sur le point d’exploser aussi. Elle accélère les mouvements, Cyn est à genoux et à du mal à tenir. Iel manque de s’effondrer, n’arrivant plus à soutenir le plaisir intense qu’elle lui procure. Cyn passe la main dans ses cheveux noirs, bouclés, essayant en vain de se donner une contenance. Maë continue, n’arrête pas, variant à peine les rythmes de sa main sur le sexe de saon partenaire. Elle sent la verge gonfler plus encore, le souffle de Cyn qui se bloque et reprend. Puis la jouissance arrive, recouvrant sa poitrine du liquide laiteux. Une goutte descend le long de son sein et perle sur son téton, pendant que Cyn s’allonge à côté d’elle. Iel se rapproche de Maë, qui s’est étendue à ses côtés, et l’embrasse sur la joue.
Le sperme continue de couler, laissant des rainures blanches sur son ventre. Maë embrasse Cyn, puis en souriant, se dirige vers la rivière, nue, illuminée du soleil printanier.


Photo credit: jeanchristophelenglet via Visualhunt / CC BY-NC-SA
Vous l’avez peut-être (ou pas!) deviné, mais le personnage de Cyn est non-binaire.
Pour celleux qui se demandent ce que cela veut dire, voici quelques liens pour comprendre :
* La Non-Binarité, Quoi Qu’est-Ce ? sur L’écho des Sorcières
* La binarité, c’est pas mon genre, conférence TEDxRennes de Antonin Le Mée
Vous pouvez aussi lire : L’hétéronormativité, ce concept (pas si) incompréhensible sur Simonæ
Et sur l’écriture inclusive, que j’utilise donc ici, notamment concernant les pronoms de Cyn, vous pouvez lire Expliquez moi l’écriture non sexiste, aussi sur Simonæ
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s